Régis Gizavo, une étoile s’est éteinte

Régis Gizavo, une étoile s’est éteinte

Culture | 17/07/2017

Une autre étoile de la musique malgache, celle qui a fait la force de la musique malgache des années 80-90, au même titre que les Rakoto Frah ou encore Jean Émilien, à l’instar de Régis Gizavo, s’est éteinte hier, 16  juillet. Auteur, compositeur, chanteur et accordéoniste virtuose, évoluant à Antananarivo depuis 1986, année où il a débuté sa carrière professionnelle dans la capitale et surtout  dans le monde à partir de 1990, année où il a décidé de s’installer en France, Régis Gizavo a toujours porté haut le fanion de la culture malgache, grâce  à son instrument de prédilection, l’accordéon diatonique.

Né dans la ville de Toliara en 1959, issu d’une famille nombreuse et bercé par la musique des Masikoro, essentiellement par le son de l’accordéon de la musique Masikoro, il a commencé à jouer de cet instrument dès son plus jeune âge. Dans une interview accordée à Mondomix, lors de sa participation au festival en 2009, il précise qu’il a joué de l’Angorodao (accordéon diatonique) depuis l’âge de 6 ans « j’avais 6 ans, et je suis issu d’une famille nombreuse. J’ai trouvé un petit accordéon diatonique à la traine dans la maison familiale et c’était devenu tout naturellement mon jouet préféré » a-t-il souligné. Il s’est, par la suite, perfectionné dans l’apprentissage de cet instrument durant les animations organisées dans diverses cérémonies traditionnelles, essentiellement dans le berceau de son enfance, à Mahavatse.

A 14 ans, il a été admis dans une formation musicale qui assurait l’animation de soirées dansantes un peu partout à Toliara. En 1986, après avoir assuré son service militaire comme enseignant, il a intégré l’université d’Antananarivo et a en même temps, fondé le groupe « Régis sy Landy ». Le single du groupe « Izay hombanao mba hombako » a cartonné sur la chaine de la Radio Télévision Malagasy (RTM). Un clip a même été enregistré par la RTM de l'époque.

Mais Régis voulait voler de ses propres ailes et décide de participer aux Prix Découvertes RFI de 1989. Il a remporté le prix média de ce concours, à Conakry avec son titre « Mikea ». Cette opportunité lui a ouvert plusieurs portes dans le monde professionnel de la musique internationale, car l'obtention de ce prix lui a permis de rencontrer Francis Lassus.

Régis s’installe donc à Paris et intègre la formation « Bohé Combo » (avec Richard Bona (basse), Sally Nyolo (mvet, voix), Jean-Michel Pilc (piano, clavier), Pascal Danaé (guitare) et David Mirandon (batterie, percussions)...) Il participe ensuite, en 1991, aux Francofolies à La Rochelle.

Depuis 1990 donc, il ne cesse d’étonner le monde entier avec cet instrument de prédilection qu'est l'accordéon diatonique. Et c’est d’ailleurs, grâce à cet instrument qu’il a pu rencontrer et surtout travailler avec de grands noms du showbiz international dont Sally Nyolo, I Muvrini, Cesaria Evora, Greame Allwright, Mano Solo, Louis Mhlanga, Pascal Danaé, Christophe Maé ou encore Lenine...

Régis Gizavo a réalisé quatre albums à son actif à savoir en 1996 « Mikéa », en 2000 « Samy Olombelo », en 2006 « Stories » et enfin en 2012, « Ilakake ». A noter, par contre, qu’en 2009, il a enregistré aux côtés de  Marius Fenoamby, Erick Manana, Justin Vali, Dama et Olombelo Ricky pour la formation « Madagascar AllStars ».

Régis Gizavo s’en est allé, mais ses œuvres et son renom resteront à jamais dans le cœur des mélomanes de ce monde. L’équipe d’orange.mg adresse ses sincères condoléances à la famille.

Faly R.

à lire aussi

Bannière et bloc de droite par défaut

.

Bannière et bloc de droite par défaut