Une nouvelle unité de traitement d’eau en service

Une nouvelle unité de traitement d’eau en service

Economie | 21/03/2017

Renforcer la capacité de production et améliorer la qualité de l’eau. Tels sont les objectifs de la Jirama à travers l’opérationnalisation de la centrale de Mandroseza II. Auparavant, la capacité de production en eau potable était de 3 000 m³/h, aujourd’hui, grâce aux travaux effectués, elle pourra atteindre 3 900 m³/h. Cette augmentation de 900 m³/h se ressentira grandement sur le réseau d’eau potable à Antananarivo.

 

Zones Ouest et Nord-Ouest

 

Les deux centrales ainsi couplées amélioreront essentiellement la desserte des quartiers qui connaissent des difficultés dans l’accès à l’eau potable dans la capitale. Les travaux ont porté sur la mise en place d’un ouvrage composé de deux floculateurs en série suivi de deux filtres ayant au total une capacité de traitement 900m³/h et le raccordement de ces nouveaux ouvrages aux systèmes existants (réservoir, système lavage, …).

 

Les travaux ont débuté en mars 2016 et la livraison de deux agitateurs, jeudi 16 mars, signale leur finalisation. Les agitateurs sont des appareils essentiels dans le traitement de l’eau. Ils agitent puis provoquent la floculation de l’eau. La floculation est le processus physico-chimique au cours duquel des matières en suspension dans un liquide s'agglomèrent pour former des particules plus grosses, généralement très poreuses, nommés flocs. La floculation est une étape fondamentale du traitement primaire de l'eau (épuration, dépollution, potabilisation). Les essais techniques pourront débuter au mois d’avril. Actuellement, de nombreuses zones à Antananarivo souffrent d’un grand déficit, à l’exemple les quartiers Ouest comme à Itaosy, Anosizato ou Ambohidrapeto. L’augmentation de production d’environ 216 000m³/mois peut permettre la desserte de plus de 100 000 personnes. Les travaux effectués vont bénéficiers directement aux zones Ouest et Nord-Ouest d’Antananarivo. Ils offrent également la possibilité d’étendre les bornes fontaines communautaires et les branchements particuliers.

 

Zones Sud

 

Toujours dans l’objectif d’améliorer la capacité de production de la Jirama, un projet en parallèle est aussi en cours de finalisation à Ankadivoribe. Il s’agit de la construction d’un nouveau système d’adduction d’eau potable d’une capacité de 120m³/h dans la zone Sud d’Antananarivo. 90% des travaux ont été accomplis. Le coût du projet est estimé à 6 milliards d’ariary. La partie Sud de la capitale, notamment les communes d’Andoharanofotsy et de Bongatsara, est alimentée par le système d’adduction venant de Mandroseza à travers plusieurs surpresseurs. Or la station de Mandroseza et la conduite de transit jusqu’à Andoharanofotsy sont saturées. Cette insuffisance de capacité se traduit par l’impossibilité de faire fonctionner à plein temps le surpresseur de Mahalavolona, entraînant un arrêt du Cellule Communication surpresseur Iavoloha qui alimente les réservoirs au palais d’Iavoloha et surtout un manque d’eau pour la zone Sud. La réalisation de ces travaux bénéficiera à près de 50 000 personnes dans les zones de Iavoloha, Mandrimena, Mahalavolona, Amboanjobe, Ankadivoribe, … L’extension des bornes fontaines et des branchements particuliers est également rendue possible. En tout, ce ne sont pas moins de 200 personnes qui seront mobilisées pour le fonctionnement de ces nouvelles unités. Les ressources humaines de la Jirama sont actives – à tous les niveaux et dans tous les services – pour le redressement de la compagnie.

à lire aussi

Bannière et bloc de droite par défaut

.

Bannière et bloc de droite par défaut