Lutte contre la corruption, Madagascar recule

Lutte contre la corruption, Madagascar recule

Economie | 04/12/2013

Transparency international vient de présenter le rapport sur l’indice de perception de la corruption (IPC) 2013. D’après ce rapport, la Grande île occupe le 127ème rang sur 177 pays ayant fait l’objet d’études en matière de corruption, soit un recul de 9 places.

 

Avec une note de 28/100 cette année contre 32/100 l’année dernière, Madagascar enregistre un recul en matière de lutte contre la corruption, en raison notamment du manque de volonté politique des dirigeants en matière de lutte contre la corruption.

 

Parmi les secteurs les plus corrompus à Madagascar, l’on peut citer la gendarmerie nationale, les collectivités territoriales décentralisées, la justice, le service foncier et l’éducation. Le secteur foncier figurant également dans le top 10 des secteurs les plus corrompus dans la Grande île, Transparency International annonce la réalisation prochaine d’une enquête dans ce secteur, ce avec le soutien de la coopération allemande.

 

De source auprès de Transparency International- Initiative Madagascar,  il est difficile de déterminer les causes de ce recul enregistré par la Grande île. En effet, l’enquête en vue de déterminer l’indice de perception de la corruption (IPC) a été entreprise au niveau international.

 

Cette année, Madagascar figure pour la première fois dans le baromètre mondial de la corruption, seule enquête mondiale d’opinion sur les points de vue et expériences sur la corruption. Les enquêtes réalisées en vue d’élaborer ce rapport ont été réalisées dans la Grande île.

 

Selon le coordonnateur national de Transparency international-Initiative Madagascar, des signes montrant que l’IPC risquerait de baisser ont été perceptibles lors de la publication du baromètre mondial de la corruption au mois de juillet.

 

Dans ce rapport indique, 58% des enquêtées estiment que le niveau de la corruption a augmenté durant les deux dernières années et le secteur juridique est vu comme étant l’organisme public le plus corrompu, suivi de près par la police et la fonction publique (autorités publiques et fonctionnaires). Les partis politiques font également partie des institutions les plus corrompues si l’on se réfère à ce rapport.

 

D’après toujours le baromètre mondial de la corruption 2013, 32% de la population enquêtée ont affirmé avoir payé un pot-de-vin, soit pour accélérer le processus auprès d’un service public quelconque, soit parce que c’est l’unique moyen pour un aboutissement, tandis que 54% ont déclaré que les actions du gouvernement pour combattre la corruption sont inefficaces.

 

Le Baromètre permet de rendre compte des expériences des citoyens face à la corruption, et de la vision qu’ils ont de la situation de leur pays. Ainsi, les résultats qu’il fournit peuvent être utilisés pour sensibiliser l’opinion à l’impact que peut avoir ce phénomène sur le quotidien des populations. Ils peuvent également permettre d’exhorter les citoyens à lutter contre la corruption.

 

LDV

à lire aussi

Bannière et bloc de droite par défaut

Orange Money

  • Orange Money

    Bonus 20%

    Gagnez 20% de bonus chaque fois que vous achetez du crédit via Orange Money sur votre mobile !

Bannière et bloc de droite par défaut