Les infrastructures de qualité , nouvelle approche des relations  nippo-malgaches

Les infrastructures de qualité , nouvelle approche des relations nippo-malgaches

Economie | 21/07/2017

La « Conférence des secteurs public-privé sur les infrastructures de haute qualité » aura lieu à Antananarivo le 24 juillet 2017.  Initiée par le gouvernement  malgache et par le gouvernement japonais, la conférence verra la présence d’une  soixantaine de représentants de plus de 30 sociétés japonaises spécialisées dans le domaine des infrastructures et issues de plusieurs secteurs. Des ateliers de travail devant  ouvrir des opportunités de partenariats sont prévus pour les opérateurs japonais et malgaches. La délégation japonaise sera conduite par Shinsuke Suematsu, ministre délégué auprès du Ministère du Territoire, des Infrastructures, des Transports et du Tourisme (MLIT) au Japon.

 

Des  représentants d’une vingtaine de firmes japonaises sont déjà venus à Madagascar au mois de juin dans le cadre des préparatifs de cette conférence. Des rencontres avec les différents responsables des ministères en charge des Projets présidentiels, de l’Aménagement du territoire et de l’équipement, de l’Eau, de l’Énergie ,  des Travaux publics, des Transports ont eu lieu lors de leur passage à Madagascar.

 

Une nouvelle approche des relations nippo-malgaches

 

Depuis 1969 à travers les actions et projets pilotés par la JICA, l’appui technique et financier japonais à Madagascar est surtout axé sur le développement rural , la santé, l’approvisionnement en eau potable… Les infrastructures de qualité constituent actuellement une nouvelle approche de la coopération entre Madagascar et le Japon.

 

En 2007, le Japon a financé à hauteur de 32 millions de dollars la construction d'un « by pass » entre les routes nationales 7 et 2. Le gouvernement japonais a annoncé l’octroi d’un financement  pour le projet d’extension du grand Port de Toamasina et qu’un accord de prêt pour le projet de développement du port de Toamasina a été signé au mois de mars dernier. Plusieurs autres projets concernant des infrastructures sont  en cours, dont le projet Projet de Développement de l’Approche intégrée pour promouvoir la Restauration environnementale et le Développement rural (PRODAIRE) , le Projet de réhabilitation du système d’irrigation et gestion de Bassins versants dans le sud-ouest du lac Alaotra PC 23, ou encore le projet d’amélioration du schéma directeur de développement de l’axe économique Antananarivo-Toamasina (TATOM).

 

En s’appuyant sur le Rapport économique sur l'Afrique 2012 qui a conclu que  combler l'écart de l'infrastructure de l'Afrique augmentera  la croissance économique par habitant du continent par 2% par an et augmentera  la productivité des entreprises par près de 40%, le Japon s’est en effet engagé à investir 30 milliards de dollars en Afrique, dont 10 milliards de dollars pour le développement des infrastructures lors de la TICAD VI au Kenya en 2016.  

 

La « Conférence des secteurs public-privé sur les infrastructures de haute qualité » qui aura lieu au CCI Ivato vient à point nommé pour entamer les discussions et définir des cadres de partenariat  dans le but d’accélérer le développement et l’aménagement des infrastructures  à Madagascar. Les Japonais ont d’ailleurs fait part de leur intention de faire de Madagascar une terre d’opportunités. Le lancement officiel de l’association économique Madagascar Japon, le 20 juillet dernier , aidera à renforcer les liens économiques entre le secteur privé de nos deux pays. L’association sera ouverte à toutes les entreprises japonaises ou malagasy avec intérêts et expérience en la matière.

 

à lire aussi

Mandam

La G4rantie 4G d'Orange

Bannière et bloc de droite par défaut