Après Enawo, l’acheminement et la coordination des aides sont en cours

Après Enawo, l’acheminement et la coordination des aides sont en cours

Société | 15/03/2017

Suite au passage du cyclone ENAWO, la situation à Antananarivo s’améliore. Le Bureau national de Gestion des Risques et des Catastrophes (BNGRC) étant passé à la phase de relèvement, après une phase d’urgence de trois jours durant lesquelles le Bureau a priorisé l’acheminement des aides les plus essentielles aux sinistrés, c’est-à-dire nourriture, eau et hygiène.

Une anticipation des risques a permis aux autorités locales de la Commune d’Antananarivo et de ses périphériques d’évacuer les zones sensibles à temps, réduisant le nombre des sinistrés. En effet, les dommages subis dans la capitale revêtent surtout de l’ordre des inondations et éboulements.  

Le 9 mars dernier, durant les premières crues des eaux de Sisaony, dans la Commune de Soavina, 25 familles ont été les premières déplacées suite à des dégâts des eaux. Samedi 11 mars, le nombre de sinistrés s’élevait à plus d’un millier (250 familles). Mais grâce à l’intervention des autorités locales et gouvernementales, ainsi que de la société civile, ces familles ont pu retourner dans leurs domiciles dès dimanche 12 mars, et les écoles ont été rouvertes. Les dernières familles qui occupaient le centre d’accueil des sinistrés sont rentrées chez eux le 14 mars.

Malgré cela, certaines communes restent encore immergées dans l’eau à ce jour, et des habitants n’ont pas encore pu recevoir une aide des autorités locales, et certains restent encore bloqués chez eux par les eaux. C’est le cas, par exemple, de quelques familles à Ambohimanambola.

Cette situation s’étend dans le nord-est du pays où les réponses humanitaires sont maintenant focalisées, notamment dans la région d’Analanjorofo (Maroantsetra), et la région SAVA (Antalaha et Andapa). La complexité de la coordination des aides, ainsi que de l’acheminement de ceux-ci dans les zones les plus reculées ne facilite pas le travail du BNRGC.

Soutiens à court et moyen terme

En effet, le relèvement doit être multisectoriel, et ne peut se contenter d’actions inégalitaires et superficielles. La mission du BNGRC touche non seulement le ravitaillement en nourriture et eau, mais aussi la reconstruction des infrastructures, bâtiments, ou encore champs de culture. Pour cela, le Bureau doit coordonner ses actions avec d’autres institutions gouvernementales, ou non gouvernementales, au fur et à mesure que les données quantitatives sur l’évaluation du sinistre leur parviennent de leurs différentes antennes parsemées dans la Grande Ile, maintenant que les conditions météorologiques et la décrue des eaux a pu faciliter les opérations du BNGRC. L’Aviation Civile de Madagascar (ACM) a d’ailleurs affrété un avion pour transporter les agents d’opérations de coordination du BNGRC sur place le 14 mars, et pour effectuer un survol des zones sinistrées.

Le nombre élevé de sinistrés doit être pris en compte, et le BNGRC est conscient de leur devoir de se conformer les normes et standards internationaux de besoins journaliers par personne d’aides humanitaires. Par conséquent, le Bureau a déjà émis une liste des besoins humanitaires, qui seront palliés par les aides internationales, les ressources nationales n’étant pas suffisantes malgré des actions de préventions prises par différents organismes en amont de la saison annuelle des cyclones.

Ainsi, le BNGRC a pu recevoir les aides de la CESNAS pour l’acheminement des aides humanitaires aux sinistrés de la région SAVA, où les routes sont encore bloquées et les villages difficiles d’accès. De même, les Nations Unies, différentes ONG internationales, ainsi que les pays voisins se sont dits prêts à épauler Madagascar dans cette épreuve.

Le 14 mars, un cargo transportant 92 tonnes de ressources et fournitures humanitaires est arrivé à Antananarivo. Ces ressources seront distribuées dans les régions les plus touchées.

La France confirme également amarrer un navire qui devrait accoster à Vohémar, dès que le gouvernement promulgue le décret confirmant le sinistre national du pays.

De son côté, les Etats-Unis affirment accorder des aides estimées à 100 000 dollars.

Parallèlement, une cérémonie de remise de dons est organisée à la Primature à Mahazoarivo, entre le Système des Nations Unies (SNU) et le Gouvernement dans l’après-midi de ce 15 mars.

HHO et FAL

à lire aussi

Mandam

La G4rantie 4G d'Orange

Bannière et bloc de droite par défaut